jeudi 22 juin 2017

Le temps est assassin - Michel Bussi




















Merci aux éditions Pocket pour cette lecture ! 


De Michel BUSSI


Été 1989. La Corse, presqu’île de la Revellata, entre mer et montagne. Sur cette route de corniche, au-dessus d’un ravin de vingt mètres, une voiture roule trop vite et bascule dans le vide. Une seule survivante : Clotilde, quinze ans. Ses parents et son frère n’ont pas eu la même chance.
Été 2016. Clotilde revient pour la première fois sur les lieux du drame, accompagnée de son mari et de sa fille adolescente. Elle veut profiter de ces vacances pour exorciser le passé. C’est au camping dans lequel elle a vécu son dernier été avec ses parents que l’attend une lettre… de sa mère. Vivant ?



Michel Bussi,

Géographe et professeur à l’université de Rouen, a notamment publié aux Presses de la Cité, Nymphéas noirs, polar français le plus primé en 2011 (prix Polar méditerranéen, prix Polar Michel Lebrun de la 25e heure du Livre du Mans, prix des lecteurs du Festival Polar de Cognac, Grand Prix Gustave Flaubert, prix Goutte de Sang d’encre de Vienne). Un avion sans elle a reçu le prix Maison de la Presse en 2012, ainsi que le prix du Roman populaire, et s’est déjà vendu à plus de un million d’exemplaires en France. Ses ouvrages, qui rencontrent un grand succès international, notamment en Allemagne, en Angleterre et aux États-Unis, sont traduits dans 33 pays. Les droits de plusieurs d’entre eux ont été vendus pour le cinéma et la télévision. Il est aussi l’auteur, toujours aux Presses de la Cité, de Ne lâche pas ma main (2013), N’oublier jamais (2014) et Maman a tort (2015). Gravé dans le sable, paru en 2014, est la réédition du premier roman qu’il ait écrit, Omaha crimes, et le deuxième qu’il ait publié après Code Lupin (2006). Avec cet ouvrage, Michel Bussi avait obtenu le prix Sang d’encre de la ville de Vienne en 2007 et, en 2008, le prix littéraire du premier roman policier de la ville de Lens, le prix littéraire lycéen de la ville de Caen, le prix Octave Mirbeau de la ville de Trévières et le prix des lecteurs Ancres noires de la ville du Havre. Son dernier roman, Le temps est assassin, a paru en 2016 aux Presses de la Cité. En 2016, il est le deuxième auteur français le plus vendu en France selon le palmarès Le Figaro.

Source : Éditions POCKET

Grybouille,

La saison est là, en avance, le dérèglement climatique, déjà ?

Il vous vient une envie irrésistible de vous étendre à l’ombre, une boisson fraiche à porter de la main et un bon roman pour vous évader de la monotonie du boulot / vélo / dodo ?

Le p’tit Duc vous a trouvé ce qu’il vous faut, enfin côté lecture, car pour le reste vous restez chères lectrices et chers lecteurs du « Léa Touch Book » des personnes libres de vous étendre où vous le souhaiter…

Michel BUSSI nous propose aujourd’hui de découvrir un secret de famille à la mode Corse. Une histoire d’Hommes où les Femmes ont les premiers rôles, une petite révolution sur l’ile de Beauté.
Inutile de vous dire que nous avons retrouvé, pour notre plus grand plaisir, le style de l’auteur à son plus haut niveau.

L’histoire,

Durant toute la lecture de ce roman, nous faisons des allers-retours entre 1989 et 2016, de l’adolescence à l’âge adulte pour Clothilde, 27 ans se sont écoulés, une vie…

1989, Le Vexin, domicile de la famille de Clo, la Renault Fuego rouge, les vacances entre ados, Clo a 15 ans, révoltée, insouciante, logée dans le « camping des Euproctes » à proximité de la bergerie d’Arcanu propriété de ses grands-parents paternels …

Le Vexin, la Fuego rouge, les vacances en Corse, « Qui n’a jamais pris le ferry pour une île ne sait pas ce qu’est un premier jour de vacances… A moi la liberté » dit Clo.

2016, l’année de l’exorcisme pour Clo,  à l’occasion de son retour sur l’ile de  Beauté, pour la première fois depuis la disparition tragique de ses parents et de son frère Nicolas. Clothilde « Clo » va devoir faire face à ses souvenirs, mais aussi à des événements qui vont la bouleverser.

Maintenant, elle est mère d’une adolescente, Valentine. Son mari Franck fait partie du voyage, pas facile pour lui de rester rationnel face à des événements qui perturbent Clothilde…

Une certitude, il faut « Qu’on en finisse… », mais « Jusqu’à quelle profondeur voudrait-elle s’engager dans les galeries pourries des secrets de la famille Idrissi ? »


Personnages,

En 1986,
Clothilde, en mode gothique
Paul, le père de Clo, un Corse expatrié sur le continent par amour
Palma, la mère, d’origine Hongroise
Nicolas, le frère, 18 ans, prisonnier de ses hormones
Papé Cassanu, le patriarche
Natale Angeli, le pêcheur pris dans les filets de ses rêves
La « tribu » surnommée « Les cousins inconnus de Napoléon »
La bande du camping, des jeunes qui profitent des vacances pour se découvrir…

En 2016,
Clothilde, maman, mariée
Franck, son mari, dépassé, « Faut pas que tu pourrisses tes vacances avec cette histoire, Clo. »
Valentine, 15 ans, baroudeuse
Cesareu Garcia, le gendarme qui a mené l’enquête lors de l’accident
Orsu, le géant difforme
Cassanu papé, Lisabetta la grand-mère, Speranza, ils habitent toujours la bergerie
Pacha, le chien
Certains jeunes qui font encore partie de l’aventure comme Cervone Spinello devenu directeur du camping à la suite de son père
Et le journal intime de Clo…

Bien sur, le p’tit Duc en a oublié pour ménager l’intrigue…
Mais Michel BUSSI en a-t-il besoin, lui l’un des maitres du suspense dans l’Hexagone ?

Pour conclure sur des détails pratiques, le prix 8,20 Euros (accessible), la taille 17,5X11cm (super mobile), 615 pages (de bonheur) que dire de plus ?
Bonne lecture à Tous et Toutes.

Par contre en aparté, une question à l’auteur : « Pourquoi le peintre barbu a-t-il besoin de trois pinceaux et d’un chevalet ? »

@ Bientôt,



mercredi 21 juin 2017

Whiskey Tango Foxtrot - David Shafer

Lu en : V.F.
Traduction : Laure Manceau
Résumé : Le Comité, réseau international d’industriels et de magnats des médias, s’apprête à privatiser les données du monde entier. Une organisation utopiste souterraine, Dear Diary, tente de contrer ces sombres desseins. Dans cette bataille secrète débarque un trio improbable : Leila, travailleuse humanitaire chargée par une ONG en mal d’idées de sponsoriser des projets féministes au Pakistan ; Leo, rentier dysfonctionnel doublé d’un jean-foutre, fumeur de joints et bizarrement doué pour le job d’assistant maternel ; et Mark Deveraux, gourou bidon en développement personnel, juste assez lucide pour ne pas gober lui-même les formules creuses qu’il enfile comme des perles dans ses publications pour gogos. Si demain les hommes ont encore droit à une vie privée, c’est peut-être à eux qu’ils le devront…


Je remercie les éditions Actes Sud pour cette lecture !


Chronique : Whiskey Tango Foxtrot est un roman d'une originalité folle, un roman unique qui ne correspond à aucun genre, qui en réalité est un mélange de nombreux styles et univers : une vraie et belle découverte ! 

Comme pour tout roman qui sort indéniablement des sentiers battus, le lecteur adhère ou n'adhère pas à l'univers proposé, pour ma part j'ai été complètement happée par cette intrigue qui joue sur les codes du roman d'anticipation, du thriller, du roman noir avec en plus un côté jubilatoire et déjanté bien prononcé. Il y a tout pour en faire une lecture inoubliable !

Il ne faut pas forcément s'attendre à des scènes d'action extraordinaires comme dans un film d'espionnage, il faut plutôt s'attendre à voir le destin de plusieurs personnages, leurs pensées, leurs actes face à une situation mondiale catastrophique et qui risque d'empirer au point d'empêcher quiconque d'avoir une vie privée. Dès lors je dirai que le gros point fort du livre repose sur ses personnages.

Mon personnage préféré restera Leila car j'ai trouvé que c'était le protagoniste le plus développé dans son histoire et introspection personnelles, j'ai aussi beaucoup aimé Leo et Mark car ils sortent complètement du lot, ils sont très intrigants car ce sont des êtres qui possèdent une personnalité très forte. L'écriture est vraiment très bien traduite par Laure Manceau : elle est fluide et addictive à souhait ! Mon seul petit bémol serait sur la fin qui m'a laissée dubitative mais cela ne m'empêche pas de garder un très bon souvenir de l'ensemble du livre.

En définitive, un roman TRES original qui ne laissera personne indifférent que cela soit dans le bon ou mauvais sens. Pour ma part j'ai beaucoup aimé et je le recommande !



Ne reviens jamais - David Bell

Lu en : V.F.
Traduction : Claire-Marie Clévy
Résumé : Bien qu’elle étudie l’histoire, celle de son pays, à l’université de l’Ohio, Elizabeth Hampton se révèle dangereusement ignorante dès lors qu’il s’agit d’aborder celle de sa propre famille. Quand un coup de fil de la police informe la jeune femme du décès de sa mère, Elizabeth est doublement choquée d’apprendre que la mort est considérée comme “suspecte”, et que son frère Ronnie, handicapé mental, pourrait être impliqué. Ce dernier, qui vivait toujours avec leur mère au moment du drame, et dont les crises de colère à répétition inquiétaient son entourage, est hospitalisé d’office. Alors que le doute sur l’innocence de Ronnie semble gagner jusqu’à ses plus fidèles soutiens, Elizabeth reste convaincue qu’il n’a rien à voir avec tout ça. Mais qui, dans ce cas, a bien pu vouloir tuer une tranquille et paisible retraitée ?





Je remercie les éditions Actes Sud pour cette lecture !


Chronique : Ne reviens jamais est ma première introspection dans l'univers de David Bell, je suis donc entrée avec beaucoup de curiosité dans ce livre !

Ce roman est parfait pour les amoureux de romans policiers traditionnels, David Bell livre ici une histoire de famille, intime, personnelle qui ne cherche pas à révolutionner le genre mais bien à respecter tous ses codes tout en apportant une intrigue intéressante. Je dirai que cette lecture est vraiment parfaite si on souhaite suivre un canevas classique et bien ficelé.

Le début voire la première moitié du roman met du temps à s'installer car elle forge, explique tout le background familial et présente de façon pointilleuse les différents protagonistes, les faits de la mort suspecte, la peur de l'héroïne de devoir affronter une vie similaire à celle de sa mère qui du fait de sa mort ne peut plus s'occuper de son frère handicapé mental. Le rythme lent est à mon avis nécessaire car il met en exergue l'atmosphère intrinsèque à ses petites villes américaines et qu'il instaure une ambiance progressivement dramatique.

David Bell maîtrise donc parfaitement les usages du thriller psychologique et réussit à y imposer son style notamment du cadre spatial très bien décrit. J'aurais aimé que le caractère addictif de l'histoire arrive plus vite et que les personnages aient une personnalité plus charismatique mais cela reste une bonne lecture du genre.

En définitive, un bon polar qui reste assez classique tant dans l'intrigue que dans les personnages.


mardi 20 juin 2017

La Mythologie Viking - Neil Gaiman


























Merci à l'agence Anne et Arnaud ainsi qu'aux éditions Au Diable Vauvert pour cette lecture !




La Mythologie viking
Traduit par Patrick Marcel

L’univers de Neil Gaiman est nourri par les légendes nordiques. Il revient à ses sources et nous raconte enfin la grande saga des dieux scandinaves qui l’ont inspiré pour son chef d’oeuvre American Gods. De la genèse des neuf mondes au crépuscule des dieux et l’ère des hommes, ils reprennent vie : Odin, le plus puissant des dieux, sage, courageux et rusé ; Thor, son fils, incroyablement fort mais tumultueux ; Loki fils d’un géant et frère d’Odin, escroc et manipulateur inégalable… Fières, impulsives et passionnées, ces divinités mythiques nous livrent enfin ici leur passionnante – et très humaine – histoire.

Gaiman, Neil


Né en 1960 en Angleterre, Neil Gaiman vit aux États-Unis. Salué comme un surdoué par Stephen King, lu dans le monde entier, il est l’auteur d’un chef-d’œuvre d’humour anglais co-écrit avec la star anglaise Terry Pratchett, De bons présages, de BD devenues cultes (The Sandman, Violent Cases, Signal/Bruit), de livres pour la jeunesse et de nombreux romans et nouvelles dont les best-sellers American Gods (prix Hugo, Nébula, Bram Stoker et Locus) et L'Océan au bout du chemin parus au Diable vauvert.

Source : Les Éditions AU DIABLE VAUVERT

Grybouille,

Une introduction suivit de 17 histoires pour vous mettre à niveau sur la mythologie des Vikings, c’est pas cher payé… Et puis vous avouerez que les vacances c’est fait pour cela, se détendre, se cultiver, bronzer avec modération, revenir plus beau et moins c..

Le p’tit Duc a sauté sur ce roman puisqu’il est ainsi nommé en 4ème de couverture.
Je sors de la saison 5 de « Viking » et bien évidemment beaucoup de questions me sont venues au cours des épisodes sur l’origine des croyances de ce peuple de découvreurs.
Et bien voilà, votre serviteur sait… Un grand merci à Neil GAIMAN.

« Tout ceci est arrivé il y a longtemps, très longtemps, à une époque inimaginable, au temps où les Dieux parcouraient encore la Terre. »

Lors de votre lecture vous suivrez les aventures de nombreux Dieux, Géants, Nains, Ogres et en particulier :

o   Odin et ses deux corbeaux qui traquent les nouvelles pour les rapporter à leur Maitre. Un Dieu qui a payé de sa personne, un œil pour acquérir la sagesse
o   Thor le faiseur de tonnerre, fils d’Odin, son arme un marteau remarquable
o   Loki, frère de sang d’Odin, séduisant, fils d’un géant et de Laufey, il peut changer d’aspect, rusé, il rend le monde plus intéressant mais moins sûr… « Tant de colère, de jalousie, tant de désir. »
o   La Déesse Freya, très convoitée… « Fichez-moi le camp…Pour quelle sorte de femme me prenez-vous ? »
o   Vili, Vé, Tyr, Mimir, Bor, Bestla, Sif, Heimdau, Kvasir, Frey…

Mais aussi ce que signifie : les Ases et les Vanes, Asgard, Yggdrasil, Megingjord, Walkyries, Huginn et Muninn, Ragnarok...
Neil GAIMAN a des dons de conteur, qu’il met en œuvre à l'image de nos anciens au coin du feu pour faire vivre des contes et légendes venus de contrées froides peuplées de robustes hommes et femmes.
Bien avant le Christianisme ces peuples cherchaient des réponses et s’armaient de certitudes pour endurer les épreuves qu’ils rencontraient au cours de leurs vies.
La faune, la flore, les êtres vivants en pleine interaction, ce livre est une transmission de connaissance, souvenez-vous amis (ies) lecteurs (trices)…
Un livre bien documenté bénéficiant d’une écriture très plaisante, le p’tit Duc ne peut que le conseiller.
« Je vais vous raconter comment tout prendra fin, puis comment tout recommencera. »
« Écoutez et vous apprendrez. »
@ Bientôt,



lundi 19 juin 2017

La Fête des fous - James Lee Burke

Lu en : V.F.
Traduction : Christophe Mercier
Résumé : Suite de «Dieux de la pluie» dans laquelle on retrouve le shérif Hackberry Holland et le terrifiant prédicateur psychopathe Jack Collins. A la frontière entre le Texas et le Mexique, un alcoolique nommé Danny Boy Lorca raconte une incroyable histoire : il dit avoir vu un coyote poursuivre deux hommes dans le désert et tirer sur l'un d'eux. Elucubrations d'un ivrogne ? On retrouve bel et bien le cadavre d'Héctor Lopez, informateur des services de lutte anti-drogue du FBI. Une question se pose, qu'est devenu l'autre fugitif ? Outre Jack Collins, Hackberry va croiser la route de Krill, ex-soldat devenu mercenaire, de Negrito, homme de main illettré et dérangé, ainsi que du révérend Cody Daniels, qui manie aussi bien le fusil que la bible. Mais il y a aussi la mystérieuse « Magdalena », alias Anton Ling, qui veille sur les immigrés clandestins... 




Je remercie les éditions Rivages pour cette lecture !


Chronique : James Lee Burke est un des plus grands romanciers américains de tous les temps, ai-je besoin d'expliquer dès lors pourquoi il me fallait absolument lire son nouveau roman ?

La Fête des fous est sûrement un de ses meilleurs et ce n'est pas peu dire ! Ce que j'aime vraiment chez cet auteur c'est sa faculté de s'imprégner complètement du lieu dans lequel se déroule son intrigue. Il avait déjà su m'emporter dans le Montana, en Louisiane et maintenant dans le sud à la frontière du Mexique : c'est un portraitiste incroyable de son pays, de ses mœurs, de l'ambiance propre à chaque lieu et à chaque habitant.

Après j'aime énormément les personnages de chacun de ses romans et notamment ses protagonistes récurrents. J'adore Robicheaux et j'apprécie tout autant Holland, ils ont des personnalités différentes mais chacun à sa manière est attachant. Dans cette nouvelle enquête d'Hackberry Holland, l'auteur nous présente des personnages secondaires réellement captivants, charismatiques et parfois effrayants. De vraies personnalités qu'on rèverait de voir porter sur grand écran, des rôles à plusieurs Oscar(s) je dirai même.

L'ambiance est vraiment prenante, on retrouve tous les ingrédients des grands romans noirs/polars américains. Le plus important ne repose pas ici sur la résolution, le grand final mais bien sur tout le déroulement de l'enquête, sur la progression intime des personnages, sur les portraits effectués, les paysages décrits. C'est un monde à part entière que nous livre James Lee Burke ! Je précise qu'il est préférable d'avoir lu Dieux de la pluie pour lire cette nouvelle aventure d'Holland !

En définitive, La Fête des fous est un très bon roman de James Lee Burke, un polar parfait pour se régaler sous cette chaleur !


dimanche 18 juin 2017

La Princesse de l'Aube - Bénastre & Lebot



Lu en: V.F.
Résumé : Un conte intense, illuminé par une princesse prénommée Lucia…


Je remercie les éditions De la Martinière jeunesse pour cette lecture !












Chronique : La Princesse de l'Aube est indéniablement le plus bel album de ce premier semestre 2017 et sûrement le plus beau de 2017 !

Les éditions de La Martinière ont le don de publier de véritables pépites, des albums jeunesse vraiment merveilleux. Les éléments qui me font absolument craquer dans un album repose sur la morale, le message qui se dégage de l'histoire et les illustrations. A mes yeux il s'agit d'une véritable œuvre d'art qui harmonise autant l'art des mots et du dessin, il faut un parfait équilibre pour que les deux soient au service de l'un comme de l'autre.

La Princesse de l'aube est à la fois un album sublime par ses illustrations et parfait par le message du conte qu'il porte à son lectorat. Il faut appel à des notions très importantes pour notre époque et les générations à venir : un appel pour préserver notre planète, pour une entraide entre tous et pour l'amour sincère.

Les illustrations sont d'une telle splendeur ! Elles captent immédiatement le regard, elles font appel autant à la lumière qu'aux ombres, le trait est net et précis et chaque dessin illumine le texte comme un soleil.

En définitive, cet album est tout simplement magnifique et je ne peux que vous le conseiller !