samedi 26 mai 2018

Diabolic [Tome 2] - S.J. Kincaid

Lu en : V.F.
Traduction : Éric Moreau
RésuméSa nature de Diabolic désormais connue de tous, Némésis poursuit sa quête aux côtés de Tyrus. Son but : renverser l’ordre établi pour prendre le pouvoir. Et à présent, tout est permis. Les Diabolics, ces créatures issues d’une manipulation génétique, plus fortes, plus rapides et plus impitoyables que n’importe quel être au monde, ont été décimées. Mais trois Diabolics sont encore vivants. Deux sont gardés en isolement total, enchainés à vie. Le troisième s’apprête à prendre le pouvoir. Depuis la mort de sa maîtresse, Némésis n’a plus aucune limite. Mais avant de devenir la future impératrice de la galaxie, Némésis doit réussir à obtenir le statut d’être humain.
Et pour cela, elle est prête à tout.
Quitte à donner sa vie.
Quitte à en prendre d’autres.






ATTENTION AUX SPOILERS SUR LE TOME PRÉCÉDENT


Chronique : ALERTE GROS COUP DE CŒUR ! Le premier tome avait été exceptionnel, le second l'est tout autant.

Dans le genre Young Adult il y a des très bonnes lectures et il y a des révélations. Avec Marie Lu et Sarah J. Maas, S.J. Kincaid s'inscrit dans la lignée de ces romancières incontournables au talent incomparable et qui savent forger des univers d'une très grande richesse et originalité, des personnages absolument inoubliables, des intrigues passionnantes et dramatiques et tout cela avec une écriture foisonnante et addictive. 

Diabolic (le premier tome) aurait pu parfaitement se suffire en lui-même, j'avais donc très peur de lire cette suite et d'être déçue mais au final j'ai encore plus été impressionnée par S.J. Kincaid qui arrive à nous surprendre, à nous émouvoir et même à nous bouleverser.

Tout est parfait dans Diabolic.

L'histoire est incroyable : il y a un mélange d'anticipation, de science-fiction, de fantastique, de space opera, de romance et de manipulation politique. L'intrigue est fascinante et l'auteure la maitrise à la perfection et sait quand et comment apporter de nouveaux éléments, de nouveaux rebondissements. 

Pour cette suite nous retrouvons Némésis qui sera cette fois plus fragile, plus humaine que dans le tome précédent. Ainsi elle reste cette jeune Diabolic, cette jeune femme forte, courageuse, parfois cruelle mais toujours pour aider les personnes qu'elle aime; mais son amour pour Tyrus et sa peur de perdre à nouveau un être cher vont l'amener à faire des choix aux terribles conséquences. Nous retrouvons aussi Tyrus et je peux seulement vous dire que S.J. Kincaid ne va pas hésiter à mettre ses protagonistes dans des situations difficiles voire impossibles.

Il y aura des rebondissements inattendus, il y aura de la violence, de l'amour, de la politique, de l'espoir et de la tragédie. Tout est là !

En définitive, un deuxième tome brillant qui démontre le formidable talent de S.J. Kincaid. Diabolic est une de mes meilleures lectures dans le genre Young Adult. Il ne faut pas passer à côté d'un tel phénomène ! 


Passenger [Tome 2] - Alexandra Bracken

Lu en : V.F.
Traduction : Leslie Damant-Jeandel
Résumé : Après avoir été exilés dans deux époques différentes, Etta et Nicholas forment chacun de leur côté des alliances inattendues pour reprendre leur quête de l’astrolabe. L’objet magique, doté de grands pouvoirs, attise toutes les convoitises : celle du cruel Cyrus Boisdefer, mais aussi d’un nouveau personnage mystérieux. En parallèle, Etta et Nicholas mettent tout en œuvre pour se retrouver et, enfin, se donner les moyens de vivre pleinement leur amour. Un nouveau voyage à travers les siècles et les continents les attend, semé d’embûches, d’intrigues et de cas de conscience.







Chronique : Le premier tome de Passenger avait été une bonne découverte mais j'attendais beaucoup de ce dernier tome.

Il est vrai que j'ai vraiment préféré la série Les Insoumis de cette romancière, je la trouve plus aboutie, maitrisée et addictive. Passenger est ainsi une bonne série composée de deux bons tomes mais cette suite (et fin) n'aura jamais réussi à me convaincre totalement et notamment pour une raison particulière.

Tout d'abord, j'ai adoré l'univers mis en place par la romancière, c'est le gros point fort de Passenger. C'est un excellent élément de l'intrigue et ce d'autant plus que ce second tome permet d'aller encore plus loin.

Ce second tome est aussi bon que le premier mais j'en attendais plus. L'action est plus présente, le lecteur va en apprendre plus sur les personnages. Néanmoins si dans le premier tome j'avais pensé que la lenteur était liée à la mise en place de l'histoire et des protagonistes, cette fois-ci j'aurais aimé ne pas ressentir un manque de souffle dans l'ensemble.

Ainsi ce n'est pas un roman Young Adult qu'on lit d'une seule traite, il y a certaines longueurs, certains moments où il aurait fallu un rebondissement, une révélation. Ce livre fait plus de 500 pages et il a parfois du mal à nous tenir en haleine malgré son fort potentiel.

En définitive, une bonne suite mais qui n'arrive pas à combler totalement le bémol lié au manque de souffle romanesque.


Libres et affamés de vie, de rire et d'amitié - David Arnold

Lu en : V.F.
Traduction : Maud Ortalda
Résumé : Ce roman commence par un décès et se termine par un meurtre. Et, même si la police d’Hackensack aimerait en savoir plus, ce n’est pas un roman sur la mort.
C’est un roman sur :
Une famille de sublimes indésirables.
Un étrange jeu de piste pour disperser des cendres.
Un sous-marin abandonné au bord d’une rivière.
Un collectionneur d’histoires et de tatouages.
Le langage intime des claquements de doigts.
Ce que signifie vraiment « être cool ».
Les couchers de soleil, les glaces et les Super Chevaux de course.
L’amour de la peinture.
L’amour de la musique.
L’amour tout court.



Chronique : J'avais adoré Mosquitoland, j'ai dès lors décidé de me lancer dans ce nouveau roman de David Arnold.

Ce que l'on peut déjà dire c'est qu'avec ce nouveau roman, l'auteur sort complètement des sentiers battus. Je ne savais absolument pas à quoi m'attendre d'autant plus que la quatrième de couverture est aussi mystérieuse et originale que l'est le roman en lui-même. Le fait d'avoir aimé son premier roman n'est donc pas une garantie d'aimer son second car ce dernier est très particulier, très original voire très bizarre.

J'aime l'idée de l'auteur de mettre en place un récit original, c'est une véritable prise de risque et cela ne passera pas avec tous les lecteurs. Pour ma part, j'ai un sentiment mitigé, j'ai apprécié mais il est vrai que j'ai été déçue par certains aspects.

Ainsi j'ai aimé le début du roman, j'ai aimé m'interroger sur le pourquoi de cet interrogatoire, sur le pourquoi  d'un mort. J'ai aimé aussi les personnages qui sont uniques en leur genre, des personnages atypiques et très riches (au niveau de leur personnalité). 

Cependant au fur et à mesure de ma lecture j'ai trouvé que le rythme devenait trop lent, je ne me retrouvais pas forcément dans cette histoire, j'aurais aimé que cela soit original sans être décousu. J'avais le sentiment qu'en voulant rendre son roman unique, l'auteur avait perdu le fil de son histoire.

En définitive, je vous recommande Mosquitoland sans hésiter mais ce nouveau roman ne plaira pas à tout le monde. Pour ma part je suis passée à côté.


vendredi 25 mai 2018

Une femme entre nous - Hendricks & Pekkanen

Lu en : V.F.
Traduction : Corinne Daniellot et Pierre Szczeciner
RésuméLe jour où vous découvrirez leur histoire veillez à n’être dérangé sous aucun prétexte. En lisant ce livre, vous allez faire beaucoup de suppositions. Vous allez croire que c’est l’histoire d’une femme jalouse, délaissée par son mari. Vous allez penser qu’elle est obsédée par la maîtresse de celui-ci, une femme plus jeune qu’elle.Vous allez vous dire que vous connaissez déjà toutes les facettes d’un tel triangle amoureux. Un conseil : laissez tomber toutes vos hypothèses. Jamais vous ne pourrez imaginer ce qui se cache derrière les apparences, ni anticiper les multiples rebondissements qui émaillent ce livre.








Chronique : Si vous cherchez un thriller machiavélique ne cherchez plus, voici Une femme entre nous !

Avec ce livre le lecteur pensera tout savoir, tout deviner et au final il sera complètement manipulé. Une femme entre nous semble être une histoire assez banale : celle d'un triangle amoureux, celle d'un homme asservissant ses compagnes, les modelant pour qu'elles deviennent "la" femme parfaite et qui les jette de manière cruelle si elles ne conviennent pas, l'histoire de femmes victimes qui se font berner.

Si vous pensez qu'il s'agit d'une telle histoire, vous avez tort.

En effet, Une femme entre nous est un thriller beaucoup plus intelligent. Composé de trois parties, ce roman nous révèle en trois étapes tous les fils de l'intrigue afin d'avoir une vision d'ensemble sur la toile tissée par les deux romancières. J'avais deviné pour la première partie, j'ai été surprise par les deux dernières.

J'ai trouvé que ce thriller était très bien pensé et construit, j'ai trouvé les personnages très intéressants, ils sont à l'image de ceux des romans de Paula Hawkins ou Gillian Flynn, des protagonistes complexes, à la fois manipulés et manipulateurs. 

Si la première partie est assez lente à se mettre en place, laissant le lecteur s'imprégner de l'ambiance, ressentir le malaise qui monte crescendo; la suite se révèle être un véritable page turner. Attendez la première révélation et les autres s'enchaîneront : vous ne pourrez plus lâcher ce livre !

Sonatine nous offre encore une fois un thriller psychologique surprenant et implacable, une maison d'édition qui est devenue la reine du genre ! 

En définitive, je vous recommande vivement ce thriller très addictif et original !



Chimaeris - Éric Tourville


Lu en : V.F.
Résumé : Burlington, Vermont. Le lieutenant Frémont s’apprête à passer une journée comme les autres dans sa petite bourgade de province, lorsque son téléphone sonne.
L’histoire s’ouvre de manière assez classique, comme un excellent thriller, dans le Vermont, pas très loin de Salem : une maison abandonnée, quatre cadavres de petites filles détruits au phosphore, un des corps qui manque, la poursuite qui commence… mais, insensiblement, l’auteur entraîne le lecteur bien au-delà du genre, dans une fiction qui tutoie la métaphysique.








Chronique : Les publications des éditions Slatkine & Cie sont à surveiller de très près. Cette maison d'édition a découvert de très grands auteurs dont notamment Luca Di Fulvio dans le genre du roman historique et à présent il faudra compter sur Eric Tourville pour le thriller.

Ce livre est un page turner terriblement efficace. Si vous aimez les thrillers vous allez adorer ce livre. 

Dès le départ Éric Tourville nous emmène dans une enquête angoissante et mystérieuse. Dès le départ j'ai été happée dans cette intrigue. Dès le départ j'ai aimé ce livre.

Le lecteur va être immergé dans une enquête où les suppositions réalistes vont se mêler à des questions métaphysiques voire "fantastiques" en lien avec la sorcellerie. C'est ainsi que les policiers vont remettre en question leurs propres certitudes afin d'essayer de résoudre ce qui semble être l'investigation la plus sombre et difficile de leur carrière. 

J'ai beaucoup aimé ce roman parce que l'auteur implante parfaitement son histoire au cœur du Vermont, il y a un aspect visuel très fort dans ce livre et on ressent l'atmosphère inhérente aux différents lieux décrits. 

Ensuite j'ai trouvé que les protagonistes étaient très bien mis en avant. Même si l'auteur reprend certains codes du roman noir américain il n'hésite pas aussi à sortir de cet héritage littéraire en mettant en avant des personnages plus attachants que brisés, plus humains que ténébreux. 

L'enquête est très prenante, après il est vrai que j'aurais préféré par certains côtés un thriller plus "classique" dans ses explications pour résoudre l'enquête. Je dois avouer que je n'arrive pas encore à avoir le coup de cœur lorsque la science, l'anticipation ou le fantastique se mêle à une intrigue policière car ce n'est pas forcément ce que je recherche dans un polar. Cependant dans ce savant mélange, Chimaeris est excellent. 

En définitive, Éric Tourville nous livre un très bon thriller, il va falloir suivre cet auteur très prometteur !


jeudi 24 mai 2018

Les derniers mots - Tom Piccirilli

Lu en : V.F.
Traduction : Étienne Menanteau
Résumé : Élevé dans un clan de voleurs et d'arnaqueurs, Terrier Rand a choisi de s'en éloigner après un massacre perpétré par son frère Collie, lors duquel huit personnes ont été tuées sans raison apparente. Cinq ans plus tard, à quelques jours de son exécution, Collie reprend pourtant contact avec Terry. Il jure qu'il n'est pas responsable de la mort d'une des victimes, et affirme que le véritable meurtrier court toujours. Doutant des déclarations de son frère, hanté par ses propres remords, Terry retrouve les siens et commence à enquêter sur ce qui est réellement arrivé le jour de la tuerie. La crise de démence de Collie a-t-elle les mêmes racines que le mal qui touche leur père et leur grand-père? Évoluant sur le fil du rasoir qui sépare la fraternité de la haine, la loyauté de la trahison, Terry va devoir explorer des secrets de famille profondément enfouis.




Chronique : Les Derniers Mots est le tout premier roman que je lis de Tom Piccirilli et ce n'est certainement pas le dernier.

Le doute. Le doute permanent. C'est ce que va ressentir le lecteur tout le long de cette lecture palpitante et angoissante.

C'est l'histoire d'une famille de criminels, une famille où le mal est profondément ancré. Terry a réussi plus ou moins à s'extraire de cette lignée, de cette famille malsaine mais elle le rattrape à quelques jours de l'exécution de son frère. Un frère qui serait responsable d'un massacre mais qui se défend d'être coupable d'un meurtre en particulier. C'est ainsi que Terry va devoir revenir aux origines du mal et découvrir la vérité.

L'auteur met en avant les secrets de famille qui imprègnent les générations à venir, ce premier tome d'un diptyque est très prenant. J'ai été complètement immergée dans cette histoire de famille, dans ces chapitres courts et percutants avec un style captivant. 

Tout le long de ce roman, le protagoniste central se questionne sur sa propre capacité à faire le mal, se demandant constamment si il serait lui-même capable d'une telle barbarie. Jusqu'où le mal est ancré en lui. Par la même, Terrier (Terry) est un protagoniste vraiment complexe, intéressant et même touchant, un protagoniste parfait pour une telle histoire.

J'ai adoré ce roman et tout particulièrement la fin qui est parfaite pour conclure ce premier tome.

En définitive, un très bon roman noir, j'ai vraiment hâte de lire le second volume !




Avant la chute - Noah Hawley

Lu en : V.F.
Traduction : Antoine Chainas
Résumé : Un soir d'été, onze personnes embarquent à bord de l'avion privé de David Bateman, un magnat de la presse. Onze privilégiés, dont Scott Burroughs, un artiste peintre sur le retour. Seize minutes plus tard, l'avion s'abîme en mer, entre l'île de Vineyard et New York. Deux personnes survivent miraculeusement à la catastrophe : Scott, et JJ Bateman, quatre ans, désormais orphelin et héritier d'une immense fortune.
L'enquête sur les circonstances du crash débute sous le feu des projecteurs, et la pression médiatique menace de rendre la situation incontrôlable. D'autant que les investigations révèlent d'étranges coïncidences, qui semblent indiquer que le drame n'est pas un simple accident. Les passagers se sont-ils vraiment retrouvés par hasard sur le même vol? Ou leur rencontre résulte-t-elle d'un plan machiavélique?



Chronique : Avant la chute est un polar à la fois riche et complexe, une intrigue menée d'une main de maître.

Un crash. 11 passagers. 2 survivants. Une question : est-ce véritablement un accident ?

Noah Hawley va construire son histoire autour de cette question et d'autres s'en suivront irrémédiablement. Si ce n'est pas un accident, quel est l'intérêt de ce crash ? Qui était visé ? Qui est responsable ? Pourquoi ? Comment ? Les questionnements augmenteront au fil des pages, des suppositions verront le jour, l'enquête est lancée.

Ce que j'ai particulièrement aimé dans Avant la chute c'est la construction narrative. En effet l'auteur n'hésite pas à brouiller les pistes, à mélanger passé et présent, à présenter les différents protagonistes de l'intrigue, à développer leur histoire et leur personnalité afin de nous permettre de déterminer le pourquoi du comment.

Avant la chute est un roman très prenant mais aussi exigeant. Ainsi le lecteur devra suivre attentivement tout le long afin de comprendre au fur et à mesure les tenants et aboutissants d'un tel récit. L'auteur nous aide ainsi à nous retrouver, nous guide pas à pas, nous amenant progressivement jusqu'au dénouement.

En définitive, un thriller exigeant, addictif et très intéressant à lire.


mercredi 23 mai 2018

Le Brasier - Vincent Hauuy

Lu en : V.F.
Résumé : Quand le général Lavallée engage Noah Wallace pour retrouver les assassins de sa fille Sophie, le profiler refuse de croire à sa mort. Persuadé que la jeune blogueuse est en danger, mais vivante, il accepte la mission et mène l’enquête avec Clémence Leduc, sa troublante partenaire. Mais tous deux vont très vite se rendre compte que les ramifications de cette disparition sont beaucoup plus vastes qu’il n’y paraît et pourraient être liées à la récente vague de meurtres et de suicides inexpliqués qui frappent l’ensemble du territoire américain. Hanté par les visions d’un petit garçon sans visage et d’un brasier d’où s’échappent des cris d’effroi, Noah va se retrouver au coeur d’une investigation menée tambour battant mais qui le mènera aux portes de la folie.






Chronique : J'ai souhaité découvrir Vincent Hauuy avec son premier roman et j'ai donc enchaîné la lecture du Tricycle Rouge (excellent thriller) et celle du livre Le Brasier. Avec ces deux romans, Vincent Hauuy s'impose comme un auteur incontournable pour tous les amoureux du thriller !

Dans ce roman nous retrouvons avec grand plaisir les personnages du premier tome : Noah Wallace, un profiler unique en son genre ainsi que Clémence, toujours aussi intrépide. Une équipe très originale puisque les deux protagonistes sont parfaitement complémentaires, tous les deux très différents mais aussi attachants l'un que l'autre. 

Cette enquête va prendre un tournant encore plus addictif et fascinant que le premier roman parce que cette fois-ci il y a un aspect personnel très fort : Noah et Clémence sont chargés de retrouver les assassins de Sophie Lavallée. Une enquête a priori très intime qui va se révéler beaucoup plus complexe qu'on ne le croirait de prime abord.

Cette suite est véritablement à la hauteur du Tricycle Rouge, c'est un roman passionnant et qui est aussi très riche. En effet, Vincent Hauuy n'hésite pas à nous plonger au cœur d'une intrigue très bien ficelée, très prenante mais aussi très étoffée sans jamais nous perdre. Un talent de conteur né, une maitrise parfaite de la narration et des diverses fils qui composent l'histoire centrale.

En définitive, Le Brasier est une très bonne lecture et j'ai hâte de découvrir les prochains romans de Vincent Hauuy.


Hunter - Roy Braverman

Lu en : V.F.
Résumé :  Plus personne ne s’arrête à Pilgrim’s Rest. Une vallée perdue dans les Appalaches. Un patelin isolé depuis des jours par le blizzard. Un motel racheté par le shérif et son frère simplet. Un bowling fermé depuis longtemps. Et l’obsédant souvenir d’une tragédie sans nom : cinq hommes sauvagement exécutés et leurs femmes à jamais disparues. Et voilà que Hunter, le demi-sang indien condamné pour ces crimes, s’évade du couloir de la mort et revient dans la vallée. Pour achever son oeuvre ? Après douze ans de haine et de chagrin, un homme se réjouit pourtant de revenir à Pilgrim’s Rest. Freeman a compris le petit jeu de Hunter et va lui mettre la main dessus. Et lui faire enfin avouer, par tous les moyens, où il a caché le corps de Louise, sa fille, une des cinq disparues. Pilgrim’s Rest sera peut-être le terminus de sa vengeance, mais ce que Freeman ignore encore, au volant de sa Camaro rouge qui remonte Murder Drive, c’est qu’il n’est pas le seul à vouloir se venger. Et que la vérité va se révéler plus cruelle et plus perverse encore. Car dans la tempête qui se déchaîne et présage du retour de la terreur, un serial killer peut en cacher un autre. Ou deux.



Chronique : J'étais impatiente de découvrir Hunter, le nouveau roman de l'auteur de Yeruldelgger, une association très prometteuse entre l'excellente collection Thriller d'Hugo et le grand romancier Patrick Manoukian/Ian Manook/Roy Braverman.

Tout le long de ma lecture j'ai alterné entre deux sentiments : j'ai été happée par ce page turner, ce livre extrêmement addictif mais j'ai aussi été sceptique par certains rebondissements. D'un côté j'ai adoré suivre cette histoire et d'un autre j'ai été perplexe par certains choix, par certaines révélations.

Tout d'abord, il faut souligner que tous les romans de la collection Thriller chez Hugo ont cette force indéniable : ce sont des romans extrêmement prenants et visuels. Ce sont des livres qui se lisent d'une seule traite et on imagine très bien l'adaptation audiovisuelle qui pourrait en ressortir. Là encore nous sommes en présence d'un livre addictif, l'auteur sait parfaitement comment attraper le lecteur pour ne plus le lâcher. 

Après certains points ont empêché le coup de cœur et je vous explique tout de suite pourquoi. J'ai trouvé dommage que l'auteur désigne assez rapidement les coupables, l'intrigue ne repose donc plus tellement sur "qui est le coupable" mais plutôt sur "qui va s'en sortir", de plus j'ai assez vite deviné où tout cela allait nous mener. Ensuite j'ai trouvé que le final manquait légèrement de vraisemblance, je n'ai pas toujours cru à cette intrigue en fait.

Malgré ces petits bémols, je tiens à souligner encore une fois que ce thriller est fascinant et que l'auteur nous plonge au cœur des Appalaches avec beaucoup de talent. J'ai adoré le cadre spatial de l'intrigue et j'ai trouvé que l'auteur arrivait à le décrire aussi bien qu'un auteur Américain.

En définitive, j'ai passé un bon moment de lecture et j'ai très envie de découvrir la suite de cette série de thrillers!


mardi 22 mai 2018

Ayacucho - Alfredo Pita

Lu en : V.F.
Traduction : René Solis
Résumé : Dans l’air pur des montagnes d’Ayacucho règne une odeur de mort. Pourtant, quand Vicente Blanco, reporter espagnol, débarque dans la ville andine pour enquêter sur le Sentier lumineux, il ne voit rien. Les militaires paradent, l’archevêque Crispin joue au basket, les habitants se taisent, les “subversifs” se cachent. Pas de scènes tragiques, pas de barricades, pas de combats. Tout juste, parfois, quelques bruits de balles. Avec deux journalistes locaux qui deviennent vite des amis, Vicente découvre lentement l’horreur de cette guerre sourde et silencieuse, qui dans les campagnes alentour prend les populations en otage. À force de courage et d’investigations, ils ont la preuve que l’armée a trouvé une méthode pour faire disparaître les corps.
Mais la vérité peut s’avérer dangereuse, et les journalistes sont des cibles à abattre. Dans une prose visuelle et lyrique, avec un sens de la narration extraordinaire, Alfredo Pita raconte magistralement cette guerre sale, et rend un hommage vibrant à ses victimes, anonymes ou non. “Le” roman de la violence péruvienne des années 80 et 90.


Chronique : Avec les éditions Métailié, le lecteur est toujours sûr de lire un roman bouleversant, passionnant et unique, ce fût encore le cas avec Ayacucho.

Ce roman est véritablement une mine d'or : j'ai à la fois énormément appris tout le long de ma lecture mais j'ai aussi été très émue. Alfredo Pita est un journaliste et un écrivain, on le ressent dans ce livre : on ressent tout le travail de recherche, on sent la vérité à chaque phrase, à chaque mot; on est témoin d'une prose magnifique qui souligne les drames omniprésents d'une terrible guerre.

Je ne connaissais pas vraiment l'histoire du Pérou mais ce livre a su m'apporter énormément au niveau de mes connaissances et il a su aussi me donner envie d'aller plus loin, de faire mes propres recherches. Un livre d'une grande puissance narrative où l'auteur décide de nous dévoiler tous les tenants et aboutissants via les yeux d'un journaliste encore candide : Vicente. Ce dernier était le héros idéal pour un tel livre : il va être confronté à l'horreur, perdre ses dernières traces d'innocence et découvrir cette peur liée à une guerre aveugle : des disparitions de corps, une enquête, la mort au bout du "Recoin des morts".

C'est un roman qui ne peut vous laisser indifférent, c'est un roman qui est nécessaire, c'est un roman qui parle des victimes, des journalistes, de la volonté de lever le voile sur la vérité, de se battre pour cette vérité, c'est un roman qui témoigne, qui frappe en plein cœur, qui met le lecteur face à la réalité.

En définitive, Ayacucho est indéniablement un grand roman et je vais de ce pas me procurer Le Chasseur absent, autre roman de cet auteur.